Sur une Majeure Partie de la France

22:59


"Tout commence par une fin."



Auteur: Franck Courtès
Editeur: JC Lattès
Pages: 318
Résumé:
Comment raconter cette impression de dépossession quand je retourne à la campagne ? Une campagne où je n'ai pas grandi mais où j'ai fait grandir en moi, lors des weekends et des vacances, la certitude que la beauté était en péril ?
Inspiré par mes souvenirs, j'ai voulu dérouler les destins parallèles de deux enfants, Quentin et Gary, sur une période de trente années, dans un village situé à moins de 80 kilomètres de Paris, passé du paradis à l'enfer.
Enfant sensible, Quentin aime profondément la nature ; Gary, lui, inquiète déjà par sa sauvagerie et son agressivité. En grandissant, Quentin s'éprend d'une jeune fille nommée Anne ; ils échangent leurs premières étreintes tandis que Gary s'entoure d'un gang, vole, fume et se met à écouler de la drogue fournie par les Marocains de la cité voisine, allant jusqu'à embringuer le jeune frère de Quentin.


Je tiens tout d'abord à remercier le site lecteurs.com et les éditions JC Lattès pour l'envoi de ce livre. :)


En réalité, je ne connaissais pas du tout Franck Courtès. Je n'en avais jamais entendu parler avant de lire le résumé Sur une Majeure Partie de la France lors de l’événement On vous aimes on vous fait gagner sur @lecteurs.com, et d'y participer. Le fait que j'ai participé à ce concours est que le titre et le résumé m’intriguaient. Sur une majeure partie de la France peut signifier beaucoup de choses.


"On se fit à l'insécurité comme les yeux s'habituent à l'obscurité."


Le jour où j'ai reçu le livre, je ne m'y attendais pas du tout. (C'est vrai quoi, seulement dix exemplaires ont été envoyé...). C'est ma sœur qui est venue dans ma chambre (me réveiller) pour me donner l'enveloppe x). La couverture est simple mais elle reste pourtant jolie.


 "Du commun, j'avais imaginé l'extraordinaire."


Tout d'abord, cette histoire m'a bien plu. Nous voyons l'évolution de deux jeunes garçons sur plusieurs années. Le changement des lieux, comme la campagne où l'ont voit les paysages qui se détériorent dû aux constructeurs et aux industries. Les fréquentations, qui au fur et à mesure se dégradent. Le caractère qui évolue avec les années. L'histoire des deux adolescents, qui quelque part sont liés par un lien invisible, est très touchante. Il y a d'abord Quentin, qui est doux, gentil, aimable et attaché à ses racines. Puis, Gary, le total opposé de Quentin, violent, effrayant et impitoyable, c'est la terreur du village.


"A force de leur répéter qu'ils vivent dans la merde, ils ont fini par y croire. La drogue, ça leur fait oublier la boue et la pluie." 


Cependant, je me suis légèrement perdue dans les personnages dans quelques petits passages. Certains était également un peu long. Sinon, rien à dire de plus, ce fut un livre agréable à lire.


 "Tu n'es pas n'importe qui."


En bref, sur une majeure partie de la France est bien plus qu'un titre pour un roman. Cela nous montre et nous fait réfléchir sur le fait que la France a bien changé durant ces dernières années (malgré que je ne l'ai pas connu plutôt). Elle a perdue des paysages splendides, des richesses, mais en outre la "vie". Elle nous montre également ce que les enfants prennent comme chemin, travail, stabilité, famille, pour les uns, deal, prison, seul, instable pour les autres.


"Nulle part où s'enfuir, nulle part où aller."


J'ai bien aimé le fait que l'auteur ait écrit ses chapitres alternés entre Quentin et Gary. Mais également son écriture qui est particulièrement nostalgique.


"Dans le fond tu as peur"

You Might Also Like

2 commentaires

  1. Je ne connais pas du tout ce livre donc merci pour la découverte tout d'abord. J'ai le sentiment, en lisant ta chronique, que bien qu'intéressant, le sujet est peut-être traité de manière trop manichéenne? Un "bon" chemin et un "mauvais"? Si c'est le cas alors c'est un peu dommage, car la vie ne suit jamais un seul chemin, et encore moins de nos jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      J'ai relu ma chronique avec l'idée de ce que tu pensais et il est vrai que j'ai peut-être fait un peu trop manichéenne. Je suis encore dans mes débuts et donc merci pour ce commentaire, j'essaierai d'améliorer ce petit côté.

      Supprimer

Subscribe